Le vulgarisateur informatique, un créateur de valeur pour les entreprises tech

Je suis rédacteur-vulgarisateur et j’apprécie particulièrement la vulgarisation informatique. Cela signifie que mon principal souci, lorsque je rédige, consiste à donner du sens et à clarifier les processus derrière un produit ou un service afin de rendre ces derniers compréhensibles pour le plus grand nombre. Je ne travaille pas dans le milieu de la recherche. Rien ne me prédisposait à me mettre à la vulgarisation informatique si c’est une passion assez commune pour les jeux vidéos. Au niveau académique, j’ai effectué une formation initiale en lettres et en assurances, assortie de plusieurs années d’expérience sur des projets communication. C’est en évoluant parmi les startups de l’edtech que j’ai pris conscience de ma facilité à tirer un trait entre les cadres des entreprises d’assurances et les jeunes geek dynamique. Il ne s’agissait pas que d’une histoire de terminologie mais également de culture d’entreprise et de façon de travailler. Tout divergeait entre la grosse entreprise d’assurance dans laquelle je travaillais et ces structures plus agiles. J’ai continué à fréquenter les entreprises du domaine de la tech jusqu’à décider de me mettre à mon compte. Je suis aujourd’hui rédactrice indépendante et consultante en webmarketing : mes clients sont des entreprises et notamment des entreprises du secteur technologique et informatique. Vous vous demandez sans doute : quel intérêt ont ces entreprises à faire appel à un vulgarisateur pour écrire leurs communications, leurs textes promotionnels et leurs pages internet ? Découvrez comment le vulgarisateur informatique ou scientifique est un atout au service du marketing digital pour les entreprises informatiques.

Quel est le rôle d’un vulgarisateur ?

La médiation scientifique est un véritable métier (ces gens s’appellent d’ailleurs des médiateurs scientifiques). Ils travaillent pour la fonction publique ou pour les musées même si, le digital faisant, l’accès à la vulgarisation s’est trouvé facilité. Vous êtes peut-être familier de ces chaînes YouTube de vulgarisation qui cartonnent en ce moment. Je ne sais pas si on y trouve de la vulgarisation informatique mais la vulgarisation scientifique y est extrêmement populaire.

Quel que soit son domaine de prédilection (médical, scientifique, informatique, biologie), le vulgarisateur transmet des connaissances. Il met à la portée des non-spécialistes des notions, des théories de différents domaines de savoir.[1]

Je suis pour ma part rédacteur et vulgarisateur pour les entreprises. Spécialiste du marketing de contenu (ou content marketing en anglais), j’utilise mon expérience en vulgarisation pour aider les professionnels à améliorer leur visibilité et leur notoriété en ligne. Je suis par exemple amenée à rédiger des articles de blog, des livres blancs, des pages de site web et des fiches produits pour e-commerce pour mes clients. Tout dépend du projet en question. Progressivement, à force d’évoluer auprès des acteurs de la tech, notamment dans des startups et PME, j’ai acquis une petite expérience en vulgarisation informatique qui me sert à chaque nouveau client.

Les qualités d’un bon vulgarisateur informatique

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le bon vulgarisateur n’est pas (forcément) un expert technique. En effet, rares sont les experts techniques à savoir appréhender leur sujet d’expertise à la manière d’un néophyte car il est difficile de retrouver des yeux neufs, naïfs, sur une thématique qu’on connaît sur le bout des doigts. Il ne suffit pas de se mettre à la place de son interlocuteur pour parvenir à lui expliquer correctement un concept. On touche ici à la pédagogie, une capacité que tout le monde ne possède malheureusement pas.

Il s’agit pourtant de ce que fait chaque jour le vulgarisateur scientifique ou vulgarisateur informatique : le vulgarisateur prend de la distance par rapport à son sujet. Il comprend et décortique les paroles de l’expert pour clarifier et mettre en mots les processus complexes à l’œuvre dans une application, un produit ou un service. Puis, il ajuste ses mots aux concepts que connait déjà sa cible. Ainsi, le vulgarisateur rend compréhensibles des technologies et des concepts difficiles.

Lorsqu’il s’adresse au client, il lui parle dans une langue qui lui est familière : il peut ainsi expliquer simplement les atouts du produit, son utilité, mais aussi ce qui le différencie de ses concurrents. Ce faisant, le bon vulgarisateur dispose à la fois d’un esprit de logique et de synthèse ainsi que d’une bonne dose d’empathie. Il ne doit pas non plus perdre des yeux les enjeux commerciaux de ses productions, car il écrit dans un but, celui d’être lu et, in fine, de vendre.

J’applique personnellement une méthode qui m’est propre lors de la rédaction. Cette dernière s’appuie sur la force de persuasion de la rhétorique, tout en mettant la clarté au centre du discours. Elle se révèle simple, mais efficace. Découvrez la méthode C.R.I.

Pourquoi les entreprises Tech et IT ont-elles besoin d’un vulgarisateur informatique ?

Il fait le pont entre l’expertise de l’entreprise et le prospect

Un jour, au téléphone, un client m’expliquait la problématique qu’il rencontrait et pourquoi il cherchait un professionnel de la vulgarisation informatique :

« J’ai trop le nez dans le guidon. J’ai beau relire encore et encore, je ne sais pas comment améliorer le site internet de l’entreprise. Pour moi, c’est pourtant clair, mais le taux de conversion est mauvais. Lorsque nous faisons la démo devant le client, celui-ci s’étonne et nous dit qu’il est dommage que notre site ne rende pas justice à notre produit. Ils n’ont pas forcément bien compris d’emblée les qualités de notre solution. Mes collègues sont tous des experts techniques, ils n’y connaissent rien en marketing. Moi-même j’ai essayé d’écrire moi-même le site, mais je me rends compte que ce n’est pas suffisant du point de vue de la communication. Les clients ne saisissent pas d’emblée ce qu’on fait et préfèrent se tourner vers des logiciels qui ont déjà pignon sur rue. On a un gros problème ! »

Un bon nombre de TPE, PME et de startups du domaine de l’IT, de la technologie et de l’informatique souffrent du même problème. Elles ont recruté des talents et experts qui développent de formidables outils. Malheureusement, lorsqu’arrive l’étape de la vente et du marketing en ligne, patatras ! Les mêmes experts ne parviennent pas à être à la fois pédagogues et bons vendeurs. Qui leur en voudrait ? Le marketing et la communication sont des métiers.

En l’absence d’un service communication en interne, ces entreprises cherchent un prestataire qui puisse appréhender leur solution et la rendre compréhensible et attrayante pour leurs prospects. Quelqu’un qui aligne le discours de l’entreprise avec ses valeurs et les attentes de ses clients. Cela tombe à pic car il s’agit précisément du rôle du rédacteur-vulgarisateur !

Le rédacteur en externe ne peut pas élaborer une stratégie de contenus efficace s’il ne dispose pas des clefs pour saisir l’essence de l’entreprise et la nature de ses services. Aussi, la création de contenu différenciant, original et singulier, qui capture l’attention des internautes parce qu’il est unique sur la toile, ne se fait que si un salarié, en interne, explique au rédacteur les tenants et les aboutissants de la solution développée.

Sur le même sujet : Le pouvoir de la vulgarisation : Comment générer des leads en 5 points

Assurer la jonction en interne entre les experts IT et le service commercial ou marketing

Si le rédacteur-vulgarisateur informatique peut être embauché en externe, dans les entreprises plus grandes, il peut ainsi devenir intéressant de posséder un salarié qui a ce rôle en interne pour assurer la bonne compréhension entre les services.

En effet, passé une certaine taille, les services se différencient. On voit ainsi l’émergence d’un service IT différent du service commercial et du service marketing. Malheureusement, avec la différentiation naît également souvent un entre-soi : les gens des différents services se fréquentent peu. Un vulgarisateur informatique en interne permet d’éviter cet écueil. Son rôle est alors de faire le pont entre les services techniques, IT et développement et le service marketing et communication. Il prend part aux projets transverses et aide à ce que la communication soit aussi claire, juste et efficace que possible. Le service communication doit bien comprendre les enjeux de la solution pour bien la promouvoir.

Sur ce sujet : Les entreprises informatiques et ESN à l’ère des startups et des licornes

Le vulgarisateur informatique à l’ère du marketing digital – l’atout marketing de contenu

Une stratégie de contenus efficace implique de faire travailler de concert les différents services de l’entreprise, car chacun a sa vision métier à apporter. Le rédacteur est un prestataire extérieur qui crée des passerelles entre la technicité du produit et les attentes marketing et communicationnelles des clients grâce à la vulgarisation informatique.

Ces derniers sont en effet rarement des experts eux-mêmes. Nous achetons des applications et les utilisons pour nous simplifier la vie. À leur échelle, les solutions techniques agissent donc comme des vulgarisatrices elles-mêmes. Tout l’art du rédacteur consiste à expliciter en des termes simples, concrets, mais inédits en quoi tel produit répond aux besoins de ses utilisateurs.

Le contenu qu’il produit est alors de haute qualité. Il assure à lui seul l’établissement d’une stratégie de marketing digital efficace. Il offre ainsi à l’entreprise informatique un gain notable de visibilité dans le temps et une hausse des ventes sans action supplémentaire à fournir.

Le content marketing est un moyen commode aujourd’hui pour vendre ses services sur internet, sans faire appel à de la publicité. La différence, c’est qu’un contenu publié reste et continue d’attirer des visiteurs. Le contenu original ne se périme pas. Lorsqu’il vieillit, il s’actualise, se refond.

Ma vision d’un concepteur-rédacteur est donc à la fois celle d’un vulgarisateur et d’un publicitaire. Le côté vulgarisateur technique, pour faciliter la compréhension et parler au prospect de personne à personne. Le côté publicitaire, pour mettre en valeur et convaincre le prospect d’acheter.

Les deux se contrebalancent afin d’arriver à l’équilibre parfait entre technicité et simplicité, entre discours marketing et authenticité.


[1] Définition de vulgariser, CNRTL.

URL : https://www.cnrtl.fr/definition/vulgariser (visité le 30/04/2021)