Comparatif rédaction SEO de plateforme vs. texte de rédacteur freelance

Aujourd’hui, je vous propose un article qui sort de l’ordinaire avec un nouveau format, un comparatif. J’ai décidé de tester une plateforme de rédaction low cost française (dont je tairais le nom). Puis j’ai comparé le résultat avec le même article réalisé par Koïné. Alors, en comparaison, le texte SEO de plateforme fait-il le poids face à son homologue tout droit sorti de notre atelier ? Quelle qualité peut-on attendre d’un tel service en ligne ? La réponse est sans appel : même noté 4 étoiles sur 5, un rédacteur sous-traitant de plateforme produit un contenu mitigé, ni vraiment original, ni vraiment bien écrit. Pire, à 3 étoiles sur 5, l’article final est vraiment indigent. En même temps, s’il existait une bonne combine pour produire, pour presque dix fois moins cher, un contenu identique, cela ferait longtemps que mon métier n’existerait plus. Rentrons dans les détails.

Un test pour comparer deux contenus SEO – la plateforme vs le texte de free-lance

Un brief pour effectuer la comparaison entre les différents articles

J’ai réalisé plusieurs articles en mettant mon brief sur la plateforme. Je me suis ensuite occupée de les rédiger moi-même, pendant que le rédacteur plateforme se chargeait de mes articles. Il s’agissait de deux articles de type marketing pour le blog de l’agence Koïné. Le troisième article était un article sexo à mettre en ligne sur le blog que je gère sur cette thématique.

Les trois articles faisaient 1000 mots. J’avais rédigé des titres et des sous-titres. De plus, le plan avait été ébauché sous forme de liste pour faciliter le travail de la plateforme. J’ai même donné un lien pointant vers un de mes articles communication pour aider les rédacteurs à reproduire mon style et mon ton.

Bref : j’ai donné toutes les indications possibles afin que la commande puisse être traitée au mieux et pouvoir établir un comparatif entre le texte SEO de plateforme et le texte SEO de rédacteur indépendant. Nous avions donc deux textes parfaitement identiques (en plan), soit une base idéale pour jauger la qualité de l’un comme de l’autre.

Le jeu du Qui est Qui ?

Pas de comparaison possible – le texte SEO plateforme échoue au test

Malheureusement, qu’il s’agisse d’un texte 4 étoiles ou de deux textes 3 étoiles, le résultat a été le même : le texte de la plateforme ne souffre pas la comparaison avec le texte rédigé en interne. Évidemment, je base mon jugement sur des critères objectifs.

Les textes SEO de la plateforme sont en effet plats. Les phrases sont mal articulées entre elles. On sent que le rédacteur a bâclé son travail pour aller plus vite. Parfois, les idées et l’argumentation que j’avais intégrées aux briefs n’ont pas été retenues. J’ai eu l’impression de lire des rédactions d’écolier. Pas de style, mais surtout un vocabulaire et des tournures de phrases très pauvres. Même au niveau SEO, si les mots que j’avais demandés ont bien été intégrés, les titres et sous-titres ne sont pas optimisés pour le référencement naturel. Bref : c’est un échec sur toute la ligne.

Texte PlateformeTexte Koïné
Rédaction SEO Article de 1000 mots Idées et sous-titres simples (pas bien référencés selon moi)
Pas de recherche d’information
Pas de maillage
Style plat type « rédaction scolaire »
Prix : 13€
Rédaction SEO Article de 1000 mots
Plan bien structuré, argumentaire logique et titres et sous-titres travaillés SEO
Recherches précises, bibliographie, maillage interne et externe
Style professionnel
Prix : 150-250€
Tableau comparatif : texte SEO de plateforme low-cost vs. texte SEO de rédacteur web

Pour ceux qui ne sauraient pas ce qu’est le SEO, quelques bases ici.

Le comparatif entre rédacteurs free-lance et la plateforme de rédaction met en avant les inégalités de traitement

Je ne jette pas la pierre aux rédacteurs qui ont travaillé sur ces articles : ce qu’ils font est impossible. Impossible en effet de déterminer un plan, d’effectuer des recherches, d’écrire avec le souci du style et de l’exactitude en à peine une heure. Les résultats produits sont en soi honorables au vu du salaire demandé. Honnêtement, les prix pratiqués frôlent l’esclavage : il n’est absolument pas possible pour un rédacteur de plateforme de vivre de sa plume. Le résultat de ce comparatif est en réalité logique, mais surtout triste.

La plateforme certifie que ces personnes vivent en France et en Belgique. J’ai quelques doutes avec les textes à 3 étoiles qui comportent des expressions et maladresses qui suggèrent un rédacteur non francophone. Soit, le problème ne se trouve pas vraiment à ce niveau, à mon sens.

Au vu de la rémunération de ces personnes, il est impossible d’être correctement rétribué pour leur travail. Aussi, les rédacteurs de la plateforme ne peuvent pas prendre le temps de satisfaire le client. Je doute d’ailleurs que ces travailleurs puissent vivre de leur plume : à supposer qu’ils écrivent à la chaîne.

Le dernier élément qui m’a dérangée est l’absence de contact entre rédacteur et client : il n’y a aucun moyen de communication possible. Le client voit le rédacteur comme un numéro (littéralement). Les rédacteurs sont des codes à plusieurs chiffres qu’on peut bannir ou mettre dans une liste. On ne sait donc pas qui se charge de la commande.

5 tips pour garder sa communication au top

Comparatif du contenu plateforme = une rentabilité mal placée en termes d’impact et de SEO

Chaque seconde, des milliers de contenus différents sont publiés sur internet. Désormais, internet regorge tant de contenus que leur quantité est plus élevée que le nombre de personnes pouvant les consulter. Aussi, tous les contenus ne seront pas lus. Seule une partie infinitésimale de ces contenus sort du lot et est mise en avant, tant par Google que par les internautes.

Ces plateformes vendent l’illusion d’un placement SEO facile et rapide. Il suffirait de publier à la chaîne du contenu peu qualitatif, tant que les mots-clefs s’y trouvent. Malheureusement, il s’agit là d’une mauvaise stratégie. Ce que les entreprises qui achètent ces services gagnent en économies, elles le perdent en crédibilité et en efficacité dans leur référencement naturel, comme je l’explique de façon plus complète dans cet article.

Premièrement, les moteurs de recherche ne s’intéresseront pas à une énième redite d’un contenu déjà mieux placé et mieux backlinké. Puis, quand bien même ces contenus à la chaîne réussiraient à se positionner en top 0 sur Google, croyez-vous qu’ils parviendront à capter l’attention d’un internaute ? Croyez-vous que leur pouvoir de conversion soit assez fort pour amener des prospects à contacter les entreprises ou à acheter les services proposés par ces dernières ? Quelle image de l’entreprise, quelles valeurs, croyez-vous que ces textes véhiculent ? Je ne suis pas personnellement convaincue que ces articles produisent un impact positif, tant du côté des internautes que du côté des entreprises qui les publient.

En conclusion

Je ne dirais pas qu’il ne faut pas passer par les plateformes. Chacun est libre. Je peux tout à fait concevoir que ces dernières puissent être utiles, lorsqu’on a besoin d’agrémenter un site ou de contenu quantitatif pour un blog SEO. Le mieux est que vous vous fassiez votre idée en testant et comparant vous-même.

Je suis consciente que je ne propose, in fine, pas le même type de service que ces plateformes. De mon côté, en tant que rédactrice free-lance, je vous conseillerais comme toujours d’acheter en conscience. Je vous suggère notamment :

  • De prendre en compte tous les coûts d’un investissement. C’est-à-dire les coûts directs, mais aussi indirects de votre choix. Pensez en termes de visibilité, de notoriété, de valeurs, de durabilité de l’achat et de retombées sur les personnes qui y contribuent. La démarche RSE devrait être globale. Payer au rabais des rédacteurs qui triment est-il en accord avec les entreprises françaises d’aujourd’hui ? ;
  • De vous demander si la visibilité à tout prix est véritablement ce dont vous avez besoin. Est-ce nécessaire pour faire prospérer votre affaire ? Cette question mérite qu’on s’y attarde.

Un mauvais article consulté un million de fois et qui ne débouche sur aucun achat est moins efficace qu’un article moins bien placé, vu par seulement mille personnes, mais qui affiche un taux de conversion de 10 %. Cela correspond à cent clients.

Je vous laisse sur ces mots, en espérant que ce comparatif vous ait intéressé et puisse mettre en valeur l’expertise des rédacteurs indépendants. N’oubliez pas non plus Koïné qui se fera une joie de vous accompagner au besoin.

Laisser un commentaire